Liaison A89-A6,
un projet qui nous rapproche

Viaduc du Sémanet

Un projet de taille

Les travaux de la Liaison A89-A6 seront l’occasion de rénover les infrastructures existantes mais également d’en créer de nouvelles.
La construction du viaduc du Sémanet de 210 mètres de long, qui traversera le vallon du Sémanet à Limonest, en sera l’un des ouvrages clés. Découvrez ici les grandes étapes de la construction du viaduc, les chiffres clés ainsi que sa technicité.

Viaduc de Sémanet

Un lancement

pas comme les autres...

Vivez en temps réel la construction du Viaduc
du Sémanet grâce au timelapse ci-contre.

Un projet qui donne le « vertige »

210 mètres

Longueur du viaduc

5 piles

26 mètres

Hauteur maximale des piles

2 culées

6500 m3

Volume de béton

100 tonnes

Force du treuil

650 tonnes

Poids du ferraillage

1400 tonnes

Poids de la charpente

1 ossature mixte

1,6 mètre

Hauteur de la charpente métallique

1 tablier

Par sens de circulation

2 chaussées

Largeur 12,70 à 17 m (2x3 voies)

6 travées

De 24 à 40 m
Ampoule

De l'innovation dans la matière

Un maintien de fer.

Les poutres qui maintiendront la structure sont en acier autopatinable. Cette technique permet à l’acier de se fixer. La patine constitue la protection anti-corrosion de l’ouvrage. Ce choix a été fait dans un souci de sécurité : pour l’exploitation future de l’ouvrage, il ne sera plus nécessaire de faire des remises en peinture. Ainsi le personnel en charge de la maintenance ne se trouvera pas exposé à des risques inutiles puisque l’entretien se trouvera limité.

Un projet solide.

La composition chimique de l’acier autopatinable est très proche de celle de l’acier classique. L’acier autopatinable se différencie par des teneurs garanties en cuivre et en chrome. L'emploi de cette technique innovante constitue une première pour APRR.

Un chantier qui vit

Organiser les interventions.

Pendant 17 mois, une vingtaine d’entreprises interviendront ensemble pour la construction du viaduc du Sémanet, mobilisant plus de 5 000 hommes en jours cumulés. Plusieurs opérations seront nécessaires au bon déroulement de ce chantier. Certaines d’entre elles ne pourront intervenir que de nuit, notamment lors du franchissement du tablier au-dessus de la voie ferrée. Pour cette étape, il sera nécessaire d’interrompre la circulation sur la ligne ferroviaire.

Chantier

Anticiper les opérations en 4 temps

1

diagnostic archéologique

2

déboisement

3

sondage

4

lançage

Pile

Des piles adaptées aux tourments du terrain

Une forme en trapèze.

APRR propose une architecture innovante, moderne et efficace, qui s’adapte à son environnement. Afin de limiter l’impact dans le vallon, il a été préféré une solution de portique fin et élancé permettant de limiter l’impact au sol des fondations. Cette forme en trapèze présente des faces inclinées pour mieux prendre la lumière afin de dégager significativement les perspectives sur l’ouvrage.

Une structure globale maintenue.

Pour assurer le bon maintien de la structure globale, 5 piles ont été construites pour soutenir les 210 mètres du viaduc du Sémanet, à raison d’une pile tous les 40 mètres. À ces piles s'ajoutent deux culées, en début et fin de structure.

Charpente : des opérations délicates

La charpente : l'élément qui domine.

Cette structure métallique sert à soutenir la chaussée. Elle est composée de poutres, consoles et pièces de pont.

Assemblage et soudure.

Ces éléments, fabriqués en Alsace et en Allemagne, sont transportés sur le chantier par convois exceptionnels. Des tronçons de 25 mètres sont posés sur des « chaises » pour ainsi être assemblés et soudés sur place.

Étape du lançage.

Une fois les pièces construites, reste l’étape du lançage, l’une des plus délicates du chantier. Au-delà de la précision des ouvriers, cette opération requiert également des conditions météorologiques favorables, à savoir l’absence de vent. En effet, par mesure de sécurité, l’opération n’est pas réalisable face à un vent de plus de 50 km/h. Cette étape consiste à faire « glisser » le pont une fois construit grâce à un système de poulie et de treuil qui permet alors à la structure d’avancer en moyenne entre 5 et 10 mètres par heure. Pour ce chantier, l’opération sera répétée huit fois au total, quatre par tablier. La charpente métallique est équipée de prédalles constituant le futur tablier de béton.

Habillage

Habillage de la structure : la touche finale

La route de l'eau.

Afin de récolter les eaux de la chaussée, une corniche permettra de faire circuler l’eau. Cela se traduit techniquement par une couche d’étanchéité située sur la plaque de béton. L’eau récupérée s’écoulera gravitairement jusqu’aux bassins multifonctions.

Un traitement acoustique.

Ce viaduc sera équipé d’un habillage d’écrans de verre, situés sur les bords extérieurs du viaduc et d’une hauteur de 2,50 mètres. Ces écrans acoustiques amélioreront le cadre de vie au regard des éventuelles nuisances sonores liées à la circulation des voitures et poids lourds.

Dans le même sens que la sécurité.

Un dispositif de retenue vient compléter l’ensemble afin d’assurer la sécurité des véhicules en cas d’accident.

A6 (Nuits du 6 au 9 novembre 2017)
RN7 RN489 (Nuits du 6 au 9 novembre 2017)
Giratoire RD306 Nord (Nouvel accès définitif vers Lyon)